Bannière entête

pourquoi sans mors

Pourquoi le mors est-il une entrave pour le cheval

 

Par Robert Cook

(Traduction française : Camille Contréras)


La douleur ou l'éventualité de celle-ci peuvent monopoliser l'attention du cheval mais peuvent aussi l'inciter à prendre le mors entre ses dents et à s'emballer. Un mors blesse fréquemment les barres, engendrant le développement d'entailles douloureuses dans les os. Une telle douleur entraîne chez le cheval les problèmes suivants : il trébuche, se cabre, rue, et secoue sa tête. Cela peut altérer l'attitude du cheval à l'exercice, le rendant à la fois malheureux et peu obligeant.


Le mors induit un réflexe de salivation et de mastication, qui sont des réactions appropriées pour manger et non pour travailler. Le réflexe de mastication suscite le mouvement des lèvres, de la langue et des joues, qui sont physiologiquement incompatibles avec l'exercice et la respiration rapide. Manger et se dépenser sont deux activités diamétralement opposées qui ne devraient jamais avoir lieu simultanément chez un animal. Comment apprécieriez-vous de courir avec un trousseau de clés dans la bouche ? Bien que le cheval ne puisse pas avaler le mors, il peut « avaler sa langue », déplacer son voile du palais, avaler sa salive de travers ou précipiter un spasme du larynx. Tous ces problèmes sont associés avec des épisodes de « suffocation » ou d'asphyxie. L'asphyxie, elle, est la cause des saignements pulmonaires chez les chevaux.Photo Cheval AttitudePhoto Cheval Attitude

Étant donné que la langue est attachée au larynx, lorsqu'elle bouge ,ce dernier bouge aussi. Si le larynx se déplace pendant l'exercice, il interfère avec le flux d'air. De la même façon, étant donné que le voile du palais repose à la racine de la langue, tout mouvement de la langue entraîne le mouvement du voile du palais. Ceci, successivement, entraîne encore une fois l'obstruction des voies respiratoires, le stridor ou le cornage, ainsi que l'asphyxie due à un déplacement dorsal du palais mou.

Comme la respiration et les foulées sont mécaniquement et physiologiquement couplées et qu'un cheval qui galope fait une foulée pour une inspiration, toutes ce qui interfère avec la respiration interfère avec les foulées. L'allure perd sa grâce naturelle et son rythme, et les foulées deviennent plus courtes. De plus, l'avant-main devient plus lourde.
Enfin, chez les vieux chevaux comme chez les jeunes chevaux, le mors est la cause de beaucoup de problèmes fréquents au niveau des dents et de la bouche.


Robert Cook FRCVS, PhD
Professeur Honoraire de Chirurgie
Ecole de Médecine Vétérinaire de Cummings
Université de Tufts
Massachusetts
USA

Cette photo montre quelques traumatismes causés par le mors sur la mâchoire et les dents.
1. Des entailles sur les os des barres dans la bouche.
2. Une érosion des trois premières molaires due à la pression constante du mors et aux tentatives du cheval de se défendre en « s'emparant du mors ».
3. Perte de la première molaire.
4. Périostite de l'alvéole vide.
Comparez avec la mâchoire normale qui est au-dessus.

Powered byE2I sports