Bannière entête

l'effet d'ensemble

L'effet d'ensemble

paru le 30/10/2015

 Une phrase un peu compliqué à comprendre aux jeunes cavaliers mais un code que le cheval assimile très vite et ne l'oubliera pas le restant de sa vie. 

Nous allons le traduire par petite étapes: 
1. Le cheval doit bien connaître les codes du travail à pieds; la touche de la badine pour le faire avancer ainsi que la pression de la badine sur son corps pour l'arrêter. Ce sont les mêmes codes que nous allons appliquer avec les jambes et plus tard avec l'éperon. 

1ère leçon : 
Le cheval avance au pas cadencé, court et bien équilibré, c'est à dire un rythme toujours identique, le contact des rênes toujours léger et égal. Alors on avance les deux jambes au niveau de la sangle puis on ferme ces dernières ainsi que les doigts sur les rênes jusqu'à l'immobilisation du cheval. 
Il faut être attentif afin de relâcher dès l'immobilisation, si le cheval bouge on referme immédiatement et l'on relâche dans l'arrêt. Puis on marche au pas rênes longue, et on répète l'exercice plusieurs fois. 
Le cheval commence à comprendre qu'une pression égale des deux jambes près de la sangle avec une petite prise des rênes = immobilisation! 
Le plus important est de relâcher lorsque le cheval obéit, car c'est toujours lorsque les aides cessent que le cheval comprend l'exercice pratiqué. 
Cet effet de jambes additionné à cet effet de rênes s'appelle aussi l'Effet d'Ensemble. 
Une fois que le cheval assimile cette pression de jambes on peut alors mettre les éperons. Cela permet de travailler avec un point de contact plus petit et très efficace. Ainsi la communication entre l'homme et cheval commence à acquérir des «boutons de contact» 

Pourquoi le cheval réagit il à cet effet? 

Au niveau de la sangle le cheval possède une région doté de beaucoup de nerfs, ainsi lors de la pression sa réaction est de fermer son dos, aidé de la pression sur les rênes ; le cheval s'immobilise. 
Il est important de toujours donner une pression égale sans augmenter ni diminuer jusqu'à l'obéissance du cheval puis de relâcher immédiatement dès l'immobilisation. 
Selon le Grand Maître du XIXe siècle qui a connu les réactions du cheval à des actions extérieures, ce dernier préconise que les jambes des cavaliers soit en arrière de la position normale pour donner l'impulsion et encore plus en arrière pour rassembler. 
La position de la jambe en avant de la normal pour les arrêts, pour les reculer pour l'immobilisation. Ainsi que pour quelques figures de haute école où le cheval doit se déplacer en arrière. 
Ces déplacements de jambes se réalisent sur quelques petits centimètres. Ce grand maître Français « François Baucher » à même réalisé une échelle dont les actions d'éperons donnaient des ordres différents au cheval. 
Une fois de plus le cheval est un animal très sensible qui doit être manipulé avec beaucoup de gentillesse et de précision. 
C'est avec cet effet d'ensemble qu'on peut annuler à tout moment les réactions instinctives du cheval; pour les remplacer par des mouvements transmis par l'homme ! 

Fig. 1 – Position normal 
Fig. 2 – Action pour l’arrêt (L’effet d’ensemble) 
Fig. 3 – Position pour le mouvement en avant 

                                   

source facebook: Luis Valença Equestrian Art

Powered byE2I sports